Sonya Khalfallah

La danse augmentée dans le spectacle chorégraphique contemporain : possibilités et limites

Année début de thèse : 2016
Sous la direction de : Alain Lioret et Hafedh Djedidi (ISBAS, Université de Sousse, Tunisie)
Mail : sonya.khalfallah@gmail.com 

Mots Clés  : Performance, danse augmentée, interaction, mouvements, geste, corps, Virtuel, physique, espace hybride, perception, participation, spectacle, spectateur, immersion, dispositifs interactifs, scénographie, co-écriture.

Résumé du sujet

Actuellement, ce sont des chorégraphes, des danseurs et des artistes numériques qui unissent des technologies numériques à la performance dansée en offrant aux spectateurs une conception nouvelle de la danse. Cette hybridité provient de la coproduction homme/machine par un processus de dialogue et d’interaction entre les entités artistiques et technologiques.

Afin de mieux explorer cet univers hybride, notre recherche-création consiste à impliquer le(s) spectateur(s) dans une performance de danse augmentée. Lui (leur) permettre d’interagir dans la performance via des dispositifs numériques interactifs en temps réel tel que le smartphone pour en faire une performance unique.

Proposer au(x) spectateur(s) d’interagir à côté du danseur c’est lui (leur) autoriser de co-écrire cette performance, dans ce cas : Quels sont les possibilités et les limites de cette collaboration ?