Elhem Younes

Poïétique de l’indiscernable : approche esthétique de la perception dans les environnements virtuels et oniriques

Sous la direction de Alain Lioret

Photo d'ElhemElhem Younes développe une réflexion et un travail artistique orienté vers un questionnement sur les modalités de construction de sens, de perception et d’imagination, notamment à l’ère des nouvelles technologies. Ses peintures, gravures et dessins, ainsi que les projets d’animations et d’installations interactives sur lesquels elle travaille actuellement, s’inscrivent dans une démarche artistique privilégiant l’indiscernable comme qualité esthétique et comme modalité perceptive. Elle a étudié à l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Tunis où elle a obtenu son diplôme en Arts plastiques et vit actuellement à Paris où elle finit sa thèse en Doctorat intitulée « Poïétique de l’indiscernable : approche esthétique de la perception dans les environnements virtuels et oniriques » à l’Université Paris VIII Saint-Denis-Vincennes en Esthétique, Sciences et Technologies des Arts - à l’ATI, Laboratoire Images Numériques et Réalités Virtuelles sous la direction du Professeur Alain Lioret.

 

Poïétique de l’indiscernable est une approche esthétique des modalités perceptives et imageantes déployées dans la relation aux environnements virtuels et oniriques. Elle désigne dans cette recherche-création, un état de conscience singulier, l’ensemble des qualités esthétiques d’une image. L’analyse détaillée des phénomènes du rêve, de l’hallucination, de l’imagination ainsi que des illusions perceptives, fondée sur une étude transdisciplinaire alliant science (neurosciences, psychologie cognitive, oculométrie) et phénoménologie, révèle les différents régimes de mise en jeu d’une conscience immersive et d’un sentiment de présence dans leur rapport causal à l’esthétique de l’indiscernable propre aux images oniriques. Par ailleurs, le rêve, pris comme modèle de référence pour la mise en place d’une expérience onirique, a permis d’apprécier les conditions nécessaires et suffisantes à l’instauration d’un état d’indiscernabilité qu’il fallait par contre compléter par les théories cybernétiques spécialisées en la matière. Cette étape d’investigation constitue le socle théorique à partir duquel les enjeux pratiques liés à la démarche artistique se sont articulés. Ces derniers concernent d’un côté le processus même de génération d’un ensemble d’images numériques animées et d’une matière virtuelle destinée à une expérience interactive en temps réel  ; et d’un autre côté les dispositifs de mise en relation des spectateurs avec ces dernières. En effet, l’esthétique de l’indiscernable doit être le résultat d’une poïétique de l’indiscernable basée sur le principe de conversion créative caractéristique des phénomènes oniriques étudiés. Les images générées doivent éveiller l’imaginaire grâce à la structure intrinsèque et extrinsèque de leur mouvement et de leurs qualités plastiques et esthétiques, instaurer une poïétique du regard et donner à vivre un état d’indiscernabilité. Les dispositifs interactifs ou de réception passive ne doivent pas trahir la relation onirique qui se définit dans cette recherche non seulement par l’esthétique de l’image, mais par la posture du corps au sein de l’environnement virtuel.