Céline Thomas

Titre de la thèse : Préservation des oeuvres d’art numérique : modélisation d’une description et application technique

Sous la direction de : Chu-Yin Chen

Mots-clés : art numérique ; interaction homme-machine ; conservation patrimoniale ; modèle de description ; modèle de données ; web sémantique ; ontologie.

Photo de Céline ThomasL’art numérique est un art en perpétuelle évolution qui repose sur les avancées et innovations technologiques. Ce développement toujours constant des technologies numériques constitue la palette de l’artiste, palette qu’il doit mettre à jour continuellement. C’est aussi ce développement toujours constant qui fragilise l’avenir de ces œuvres. En effet, l’oeuvre d’art numérique se modifie et se transforme en permanence au cours de sa vie – lors de ses expositions et ré-expositions. Elle prend alors différentes formes et ce, non sans conséquence sur son essence même. Puis, inéluctablement, l’oeuvre d’art numérique s’éclipse du milieu artistique et disparaît.

Innovante par les procédés qu’elle utilise et les formes qu’elle prend, l’œuvre d’art numérique inquiète les institutions patrimoniales. À ce jour, la gestion de leur collection est inadaptée à de telles œuvres. En effet, pour perdurer dans le temps, l’oeuvre d’art numérique demande un soin particulier, des compétences techniques et spécifiques. De ce fait, l’oeuvre d’art numérique s’expose presque essentiellement lors d’événements temporaires et peine à trouver sa place dans des collections permanentes.

La conséquence directe est la disparition à plus ou moins long terme de l’oeuvre d’art numérique – disparition rapide tout de même, comparé aux formes d’arts préexistantes ou contemporaines à l’art numérique. Si, dès aujourd’hui nous n’agissons pas, ce sera donc, a fortiori, la disparition d’un pan de notre histoire de l’art qui pourrait alors advenir. Si, lors de ces dernières années, une réelle préoccupation du devenir de l’oeuvre d’art numérique s’est manifestée, les efforts entrepris de la part d’institutions et de programmes de recherche sont encore isolés et restent, à l’heure actuelle, de simples recommandations ou des actions adaptées à une situation précise – dans le cadre de la ré-exposition notamment. Un besoin spécifique de traitement de ces œuvres dans les collections des institutions se fait actuellement ressentir.

 

Cette thèse repose sur le programme de recherche du Labex Arts-H2H « Art numérique et postérité » (Bibliothèque nationale de France, équipe de recherche INREV et Living Art Lab), projet transdisciplinaire dans lequel créateurs et chercheurs de l’art numérique, conservateurs et chargés de collection travaillent main dans la main sur la question de préservation des œuvres d’art numérique. En relevant les concepts propres à l’art numérique, les notions et principes clés, cette thèse proposera une modélisation de la description des œuvres d’art numérique. En effet, en matière de préservation, il est essentiel de documenter et de décrire précisément les œuvres et le contexte dans lequel elles s’inscrivent. Compte tenu de la nature mouvante et multiforme de l’art numérique, la description se révèle un trace stable de l’oeuvre. L’élaboration d’un modèle de description, permettant d’appliquer une même structure descriptive à l’ensemble des œuvres d’art numérique, construit et unit une collection. Nous déclinerons ce modèle sous forme de modèle de données interopérable, qui serait la garantie d’un traitement de masse et d’un accès à long terme aux collections.

Domaines de recherche associés :

- Art numérique  : création artistique - histoire de l’art numérique - connaissance des techniques et de leurs évolutions - savoir-faire artistique et technologique

- Conservation du patrimoine  : principalement de l’art contemporain et des arts médiatiques - conservation des collections et des documents (nés) numérique ;

- Bibliothéconomie : catalogage et normes de description des documents ;

- Science de l’information : web sémantique – système d’information (modèle de données)